22196 Marie-Noëlle Blanchet: Récit des FAC : La formation d’une major / How to make a Major

22196 Marie-Noëlle Blanchet (RMC 2002):  Quite the 20 year  journey

If I look at the 19-year-old that was at the recruitment centre, at that time I felt a bit lost in the world. So serving my country for me, would be, being part of something that is bigger than you.

Well first of all the biggest adventure of my life was Royal Military College of Canada. I had to learn how to be independent. I didn’t really know what I wanted to do. So I was like ‘combat arms, let’s go, I can do this, I’m a tough girl’, and it’s just that I have a really strong creative and artsy part of me, and I requested a trade change for Public Affairs, and this is what I’m doing since 2005, and I just love it.

My best experience in the Forces was my second tour in Afghanistan, in 2010/2011, I spent nine months there. I was writing articles in Afghanistan, I was escorting journalists; it was truly a great experience, a great learning experience. I travelled all over Afghanistan, I helped people, and I almost didn’t want to come back home.

I always knew that I wanted to have kids, how many, I didn’t know. I know there’s a lot of myths out there that it’s super hard to raise a family while serving your country, and from my experience, on the contrary. I was able to take preventive leave, what, two weeks ago. I’ll be able to stay a full year with the baby, and that’s incredible. So it’s just a perfect combination to build a happy, healthy, balanced family. There’s the fact as well that I’m married to a reservist. He can also plan his career around our family and what we want to do. I love my job, but there’s nothing like home: be with your kids, play with your kids, do the cooking in the middle of the day, this is priceless. Like I’ve been serving for almost 20 years now. I’ll be retired, I’ll be 43 years old. I can start a new career at home and I know that’s going to be possible, because I’m gonna have the pension that comes with it.

What I like about my journey in the military, is that it made me understand better who I was, my true identity, and just becoming something more.

Récit des FAC : La formation d’une major

Si je demande à la jeune fille de 19 ans qui est au centre de recrutement, j’étais un peu perdu. Donc qu’est-ce que ça veut dire pour moi de servir mon pays? Je pense que ça veut dire que je prends part à quelque chose qui est plus grand que moi.

C’est sûr que les Forces Canadiennes m’ont amené un paquet d’aventure dans ma carrière. Pi ça commencé dès que j’ai rentré au Collège Militaire Royal du Canada. En partant c’était dans une province qui était différente de celle où j’avais grandi. Je suis allé vers l’artillerie parce’ que justement j’étais tombé en amour avec un fantassin et que j’avais posé des questions par rapport à ce métier-là. Pi j’trouvais que ça me collait bien à la peau. Tu sais, la fille forte. J’ai une partie de moi-même qui est très très créative, très très ‘artsy’ comme je pourrais dire. Et puis j’ai découvert dans mon premier tour en 2004 en Afghanistan le métier des relations publiques. Donc, j’ai demandé un transfert pour les relations publiques, l’année suivante c’était fait. Et puis 2005 j’évolue dans ce monde-là. Pi c’est un monde qui me colle bien à la peau et que j’aime beaucoup.

Mais l’aventure qui m’a le plus marquée je crois au court de mes 19 ans de carrière c’est mon deuxième tour en Afghanistan 2010/2011. J’ai passé 9 mois dans un congé internationale. Ça été une tour exceptionnelle. J’ai appris énormément. J’ai voyagé à travers l’Afghanistan. J’ai pu aider les Afghans au point de vu communication. J’aidais les généraux à se préparer pour les entrevus. Ça été un tour…9 mois je ne voulais presque pas revenir à la fin. J’aurais voulu continuer pour travailler avec ses gens là encore.

 Y’a beaucoup de mythes au point de vu de…d’un vu extérieur de dire bien ça doit être difficile de s’occuper de sa famille pendant qu’on sert notre pays, pendant qu’on est dans les Forces Canadiennes. Pi moi je dis au contraire. C’est vraiment le fun de pouvoir être à la maison maintenant. Ça fait une semaine et demie, deux semaines que je suis en congé préventif. Les Forces t’aident vraiment à prendre l’année au complet avec des compensations monétaires qui sont extrêmement intéressantes. Alors moi je trouve que c’est une super belle combinaison pi le deal parfait. Là en plus d’avoir un conjoint qui est réserviste, qui lui aussi peut ajuster sa carrière en fonction du genre de vie de famille qu’on veut avoir, pi le nombre d’enfant qu’on veut avoir. J’adore ma job dans les Forces Canadiennes mais y’a rien de mieux que d’être à la maison. Ce que j’ai fait pendant mes congés de maternités donc d’être présente pour mes enfants, de jouer avec eux, de cuisiner dans le milieu de la journée. C’est le style de vie que je veux avoir. Ça fait près de vingt ans maintenant que je suis dans les Forces Canadiennes. J’ai la chance que je vais être retraité à l’âge d’à peu près 43 ans. Avec 25 ans de carrières avec une super bonne pension qui va me permettre de faire la transition avec le job que j’ai envie de faire.

Ce que j’ai aimé, quand je vais prendre ma retraite ce que je vais pouvoir dire c’est que c’est les Forces Canadiennes qui m’ont permis de découvrir ma passion dans la vie. Si j’suis rentré dans l’armée juste pour ça, bravo, j’ai réussi ma vie.

Article first appeared (E) – Here / Français

Leave a Reply