Qu’est-ce qui se passe au CMR Saint-Jean

From left to right : Sami Aoun, Ocdt Quenneville, Benoît Blainpain, Ocdt Bouchard, Ian Parenteau (20228), and Ocdt Gauvreau. – Photo by Jacques N. Godbout, 45eNord.ca

  •  « L’islamisme radical au Canada. Quelles menaces ? Quelles réponses ? »

  • “Radical Islam in Canada. What threats? What answers?”

plus / more…

Le Collège militaire royal de Saint-Jean accueille plus de 300 participants le 15 avril 2016 au colloque : « L’islamisme radical au Canada. Quelles menaces ? Quelles réponses ? »

Le Collège militaire royal de Saint-Jean accueille plus de 300 participants le 15 avril 2016 au colloque : « L’islamisme radical au Canada. Quelles menaces ? Quelles réponses ? »

Le 15 avril 2016 s’est tenu au Collège militaire royal de Saint-Jean un colloque d’une journée sur le thème de l’islamisme radical. L’événement a réuni des élèves officiers, des membres du personnel du CMR Saint-Jean, des chercheurs universitaires, et de nombreux représentants des Forces armées canadiennes, des corps de police et des services d’urgence. Les participants ont eu droit à une dizaine de présentations par des experts universitaires canadiens, français et belges et des praticiens confrontés à cette problématique.

Le colloque s’est amorcé avec une conférence de Madame Fatima Houda-Pépin, ancienne députée québécoise et experte des relations interculturelles et en particulier avec la communauté musulmane dont elle est issue. Elle a livré un plaidoyer personnel et émouvant quant au danger de la menace islamiste qui touche le Canada et toutes les sociétés occidentales. Le commissaire de police belge Benoît Blanpain a prononcé la seconde conférence d’ouverture et fort de son expérience dans le développement de la police de proximité dans trois communes au nord de Bruxelles qui a été récemment frappée par la violence islamiste, il a dressé un tour d’horizon des meilleures pratiques pour combattre ce risque.

Benjamin Ducol, du Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence (CPRMV), que le Québec a mis sur pied l’an dernier et que plusieurs villes et pays prennent déjà comme référence, a insisté sur le fait que la façon la plus efficace de contrer cette menace consiste à la prévenir. Il faut agir dès les premiers moments de la radicalisation avant qu’elle ne puisse conduire les individus à poser des gestes violents. Maxime Bérubé a décrit la situation entourant les volontaires canadiens partis se battre en Syrie et ailleurs et a présenté les mesures que le Canada a déjà adoptées pour freiner cette pratique. David Morin et Stéphane Berthomet, codirecteurs de L’Observatoire sur la radicalisation et l’extrémisme violent (OSR) ont établi le profil de 84 Canadiens s’étant joint au djihad et ont montré qu’il n’existe aucun profil type, sinon que les individus radicalisés et ayant adopté la violence vivaient une situation d’isolement social.

Pour terminer la journée, le professeur Sami Aoun de l’École d’étude appliquée de l’Université de Sherbrooke et membre du Conseil des gouverneurs du CMR Saint-Jean a eu l’occasion de faire un récapitulatif dans lequel il a insisté sur le fait que bien que l’islamisme radical fait peser une menace sérieuse sur le Canada et constitue ainsi un problème de sécurité bien réel, ce qu’ont bien montré les intervenants au colloque, il importe malgré tout de considérer cette menace de manière réaliste et éviter une surenchère sécuritaire. L’islamisme existe, c’est un danger, mais la portée de ce danger est sommes toute et heureusement limitée.

Cet événement a permis aux élèves officiers d’approfondir leur connaissance de ce problème contemporain et contre lequel ils seront peut-être un jour appelés à se battre au cours de leur carrière militaire.

Enfin, il convient de souligner que le succès de l’événement tient au soutien de la Fondation des CMR qui a fourni les fonds nécessaires pour la venue du commissaire belge Benoît Blanpain.

L’événement a été organisé par Ian Parenteau (20228), professeur de science politique au CMR Saint-Jean et un comité scientifique qui a rédigé le programme.

xxxxxxxx

The Royal Military College Saint-Jean welcomes more than 300 participants on 15 April 2016 to the symposium “Radical Islam in Canada. What threats? What answers?”

On April 15, 2016 was held at the Royal Military College Saint-Jean a one-day symposium on the theme of Radical Islam. The event was attended by officer cadets, members of the RMC Saint-Jean personnel, university researchers, and many representatives of the Canadian Armed Forces, the police and emergency services. Participants had a chance to listen to a dozen presentations by Canadian, French and Belgian researchers and practitioners confronted with this problem.

The symposium began with a conference by Ms. Fatima Houda-Pepin, former Québec MP and expert on intercultural relations, particularly with the Muslim community from which she originated. She delivered a personal and moving plea about the danger of the Islamist threat which affects Canada and all Western societies. The Belgian police commissioner Benoît Blanpain pronounced the second opening conference on its experience in the development of community policing in three municipalities north of Brussels, which was recently hit by Islamist violence, and offered a survey of best practices to combat this risk.

Benjamin Ducol, from the Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence (CPRMV), which was established by the Québec government last year and which already constitute a reference on that topic for cities and countries around the world, insisted that the most effective way to counter this threat is to prevent it. We must act from the first moments of radicalization before it can lead individual to take violent actions. Maxime Bérubé described the situation surrounding the Canadian volunteers who left to fight in Syria and elsewhere and presented the steps Canada has taken to curb this practice. David Morin and Stéphane Berthomet, co-directors of L’Observatoire sur la radicalisation et l’extrémisme violent (OSR) have profiled 84 Canadians having joined the Jihad and showed that there is no typical profile, except that a radicalized individual who have adopted violence as a means faced a situation of social isolation.

To end the day, Professor Sami Aoun of l’École d’études politiques appliquées from the Université de Sherbrooke and a member of the Board of Governors of RMC Saint-Jean had the opportunity to make a summary in which he stressed that while Radical Islam poses a serious threat to Canada and thus constitutes a real security problem, which has been clearly demonstrated by the speakers at the symposium, it is important nevertheless to consider this threat realistically and avoid security outbidding. Radical Islam exists, it is a danger, but the scope of this danger is all thankfully limited.

This event allowed the officer cadets to deepen their knowledge of this contemporary problem, and against which they might be called to fight perhaps one day during their military career.

Finally, it should be emphasized that the success of the event is due to the support of the RMC Foundation, which provided funding for the travel of the Belgian police commissioner Benoît Blanpain.

The event was organized by Ian Parenteau (20228), a political science professor at RMC Saint-Jean and a scientific committee who draw the program.

PICTURES: Benoît Blanpain & Fatima Houda-Pépin

Photos by Mario Poirier